5 astuces pour éviter qu’un préservatif craque

5 astuces pour éviter qu’un préservatif craque

Le préservatif qui craque, c’est un peu le cauchemar du sexe. On a tous eu plus ou moins cette hantise qu’un jour, pouf ! le préservatif nous dise merde. Et puis, on se dit “non, c’est pas possible, c’est une légende urbaine destinée à nous faire flipper pour qu’on s’abstienne d’aller tremper notre biscuit.”

En fait, il y a deux catégories de personnes : Il y a ceux à qui ça n’est jamais arrivé et à qui ça n’arrivera peut-être jamais (les chanceux) et il y a ceux qui savent parfaitement qu’il ne s’agit pas d’une légende puisqu’ils l’ont déjà expérimenté eux-mêmes. Tu fais ta petite affaire tranquille et là, je peux te dire tu redescends illico de ton nuage. Tu passes du septième ciel en enfer. Direct !

“Tu prends bien la pilule ? T’es safe, au moins ? Comment ça tu as oublié ta pilule il y a 5 jours ? Non, c’est pas possible !? Et comment ça tu “crois” être safe ? ”

Bref… Si tu l’as déjà vécu une fois, tu n’as aucune envie que l’épisode se répète et si tu ne l’as pas vécu bah… on te déconseille d’aller chercher à vérifier ce que ça fait ! Alors pour t’éviter qu’un préservatif craque, on te donne quelques astuces simples, mais qu’on oublie souvent de faire :

 

1. Choisir un préservatif aux normes CE ou NF

Il s’agit là de la base des bases. Alors pas question de prendre le préservatif qu’un pote de pote de pote te refile parce que t’es en galère en plein festival. Sur le paquet, il y a toujours marqué CE et/ou NF. Cela signifie que les préservatifs en question correspondent aux normes de la Communauté Européenne ou Française. Ces préservatifs là, ont été testés avant d’être mis sur le marché.

Donc t’as le droit d’accepter le préservatif qu’on te refile uniquement si t’as vérifié qu’il correspond aux normes CE ou NF.

 

2. Choisir un préservatif à la bonne taille

Souvent, on a tellement honte d’aller acheter son paquet de capotes à la pharmacie, qu’on n’a aucune envie de faire un comparatif détaillé des 36 styles différents sous l’oeil amusé du pharmacien. On y passe le moins de temps possible (2 secondes chrono) et hors de question de retourner une boîte pour aller lire ce qu’il y a écrit au dos.

Pourtant, tu vas bien devoir passer par là pour choisir la taille de préservatif qui te correspond (ça t’évitera de devoir les tester en condition réelle : “ah non ! Celui-là, ça ne va pas, il était trop petit”). Mais bonne nouvelle, parce que t’es pas obligé de le faire au rayon “préservatif” de ta pharmacie. Tu peux te renseigner sur internet.

En fait, les préservatifs ont des tailles et des largeurs différentes. C’est comme les vêtements, il y en a qui t’iront, d’autres moins bien et d’autres pas du tout. Tu peux te renseigner ici pour savoir quel préservatif choisir sur le site CondozoneN’ai pas honte de choisir plus petit ou plus grand, plus large ou plus étroit.

 

3. Attention où tu les stockes et à la date de péremption :

Non, le frigo n’est pas l’endroit idéal pour stocker tes préservatifs, au-dessus de ta chaudière non plus ! Le préservatif est sensible au chaud et au froid, comme à l’humidité. Donc le mieux est de le conserver à température ambiante (on espère que tu ne vis pas sous les tropiques ni en Alaska) et à un endroit sec. La table de chevet est un excellent endroit et non seulement grâce à sa facilité d’accès.

Mais attention à ne pas les stocker trop longtemps non plus : 5 ans max ! Alors si t’as pas ken depuis longtemps ou si c’est ton grand frère qui t’a refilé sa vieille boite de quand il avait 15 ans, n’oublie pas de vérifier la date de péremption. Ta capote n’aura peut-être pas moisi, mais le latex peut être endommagé.

 

4. Bien le dérouler

Dans la précipitation, il se peut que tu le déroules mal ou pas suffisamment. Vérifie bien d’avoir chasser l’air du réservoir, s’il n’y en a pas (de réservoir), laisse un espace de libre pour éviter l’explosion au moment où… enfin tu sais ! 

De même, quand tu ouvres le préservatif, attention aux dents et aux ongles. Okay c’est sexy, mais si tu l’abimes sans faire gaffe, ça l’est beaucoup moins.  

 

5. Utiliser du lubrifiant

Si les préservatifs sont légèrement lubrifiés, ce n’est pas pour rien, mais après quelques va-et-vient, ils ne le sont plus du tout. En fait, un préservatif qui devient “sec” craque ! Alors, ne te pose pas plus de questions si t’es abonné(e) au craquage de capote. Dis-toi qu’un préservatif ne va pas sans l’utilisation d’un lubrifiant. Et en plus, ça rend le rapport carrément plus agréable et excitant.

Attention en revanche à ne pas utiliser n’importe quel produit, car certains rendent le préservatif poreux (et donc pas efficace du tout). Les lubrifiants à corps gras sont à bannir. Tu peux utiliser ceux à base d’eau ou de silicone. C’est LE produit magique !

 

En pratique, le taux d’échec est de 15% mais en cas d’utilisation parfaite il descend à 2%, alors ça vaut le coup de suivre ces recommandations pour éviter que le préservatif craque, non ? 😉

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire